Uncategorized

André Breton/ les vases communicants

André Breton/ les vases communicants
(…)

Le 5 avril 1931, vers midi, dans un café de la place Blanche où mes amis et moi avons coutume de nous réunir, je venais conter à Paul Éluard mon rêve de la nuit (le rêve du haschisch) et nous finissions, lui m’aidant, car il n’avait vu vivre le plus grand nombre des heures du jour précédent, de l’interpréter, lorsque mon regard rencontra celui d’une jeune femme, ou d’une jeune fille, assise en compagnie d’un homme, à quelques pas de nous. Comme elle ne paraissait pas autrement gênée de l’attention que je lui marquais, je la dédaillai, de la tête au pieds, très complaisamment, ou peut-être est-ce que d’emblée je ne parvins plus à détacher d’elle mon regard. Elle me souriait maintenant, sans baisser les yeux, ne semblant pas craindre que son compagnon lui en fit grief. Celui-ci, très immobile, très silencieux et dans sa pensée visiblement très éloigné d’elle – il pouvait avoir une quarantaine d’années – me faisait l’impression d’un homme éteint, plus que découragé, vraiment émouvant d’ailleurs.

(…)
(Gallimard, 1970, first published 1933)
In this book André Breton tries to point out that the real world and the world of dreams are but one. He takes a close look at several theories which offer an interpretation of dream worlds. While building his theory , he thoroughly investigates Freud’s views on dreams.

Ultimately, for Breton the unity of reality and dreamworlds originates from a profound social transformation. Beyond many revolutionary events, he seems to be looking for ” the eternal destination of mankind”.

#ajournalofuneventfuldays #andre breton 

 

Advertisements
Standard